Accueil > Témoignages CE1 > Je lis, j’écris-CE1 : premiers retours 2020-2021

Je lis, j’écris-CE1 : premiers retours 2020-2021

samedi 5 juin 2021

Le dispositif Je lis, j’écris pour le CE1 (manuel, cahier d’exercices, guide pédagogique) a été testé, avant mise au point définitive et impression, au long de l’année scolaire 2020-2021. Sur huit enseignantes/enseignants qui ont participé à l’expérimentation, tous ont décidé de continuer à l’utiliser l’an prochain. Leurs retours ont été en effet très positifs, tout en permettant très efficacement d’ajuster les présentations du manuel et les exercices aux besoins et aux capacités des élèves. L’ambition textuelle, lexicale, grammaticale de l’ouvrage avait pu surprendre au départ tel ou telle collègue du groupe des expérimentateurs, surtout dans les écoles n’utilisant pas jusque-là pas notre manuel de CP, et où une partie de la classe était constituée à la rentrée de (très) faibles lecteurs. Si dans ces situations les premières semaines ont été délicates, là comme ailleurs les textes proposés ont suscité l’intérêt des élèves, animé les débats, mobilisé les énergies, si bien que l’ensemble de la classe est entrée dans le jeu et a été tirée vers le haut, bien des retards se rattrapant progressivement. La clarté des propositions d’apprentissage, la régularité de leur ordonnancement d’une leçon à l’autre, la reprise systématique des points difficiles d’un module dans les suivants, et au sein de chaque module l’organisation de tous les apprentissages autour du texte de la semaine, ont rapidement permis aux élèves de se familiariser avec le manuel et de s’en approprier la démarche. Et à leur grand plaisir ils ont bientôt pu rentabiliser, dans leurs productions autonomes d’écrits, les efforts qui leur avaient été demandés en matière de vocabulaire et de grammaire.

Voici donc quelques retours d’enseignants qui ont testé la première version de Je lis, j’écris-CE1 à partir de septembre 2020, ou qui l’ont découvert un peu plus tard... et quelques propos d’élèves.

1- José (11) utilise Je lis, j’écris – CP depuis cinq ans dans sa classe de CP-CE1 :

Je lis, j’écris - CE1 est un très beau livre !

Le lien avec le JLJE-CP est évident (reprise de certains mots, même police, les mots en gras) : très rassurant pour les anciens CP (extra les pseudos-mots !).

Les textes sont variés, lignes numérotées très utiles ! Textes points de départ des autres enseignements (vocabulaire, dictée, grammaire...).

Le vocabulaire : j’adore les corpus de mots thématiques et le lien avec la production d’écrits courts.

Par-dessus tout j’apprécie les textes d’explicitation : grammaire, vocabulaire et guide pédagogique. Ils s’adressent à la fois aux enseignants, aux élèves et à leurs parents. Sacré travail de funambule ! On nous raconte comment ça marche !

Le cahier d’exercices et ses bonus permettent un va-et-vient intelligent.

Accompagné du guide pédagogique ultra complet avec ses annexes, mais non « contraignant », les enseignants auront entre les mains un super support. A eux d’en tirer le meilleur !

2- Vincent (29), directeur d’école et enseignant de CE1, l’a testé :

L’utilisation du manuel me donne beaucoup de satisfaction. C’est une démarche très explicite et très guidée qui me convient et qui convient à mes élèves.

Au quotidien, pour JLJE - CE1, j’utilise la démarche de l’enseignement explicite, en plusieurs étapes :

1. L’ouverture de la leçon au cours de laquelle je présente l’objectif, justifie l’intérêt de celui-ci et active les connaissances préalables. Le manuel, videoprojeté, est un excellent support pour ça. Je le cite parfois mot à mot, les notions sont très clairement présentées, dans un vocabulaire adapté.

2. La conduite de la leçon au cours de laquelle je mets en oeuvre trois stratégies, qui constituent le cœur de l’enseignement explicite :
a) La première est celle du modelage que je fais au TBI à partir d’exemples du manuel ou issus textes étudiés quand c’est possible.
b) La deuxième est celle de la pratique guidée durant laquelle les élèves réalisent, en groupes et avec moi pour les plus fragiles, des tâches semblables à celles qui ont été montrées lors du modelage. En général, on travaille à partir d’exemples projetés au TBI et on utilise beaucoup le brouillon et l’ardoise.
c) La troisième est la pratique autonome à partir du cahier d’exercices .

3. Dernier temps, la clôture de la leçon au cours de laquelle j’assure l’objectivation des apprentissages réalisés. Je reviens alors sur des extraits du manuel et je présente la séance du lendemain.
Je trouve le manuel très adapté et très clair pour cette utilisation collective. Il fait d’ailleurs quasiment office de guide pédagogique à lui-seul pour un enseignant un peu expérimenté. Les familles apprécient également d’avoir un support aussi accessible pour accompagner la mémorisation des leçons à la maison. La mise en page est assez dense mais agréable.
Pour quelques élèves fragiles, j’ai mis en place une différenciation en amont c’est-à-dire que ces élèves découvrent avant les autres les textes des leçons dans le cadre de séances de fluence en petits groupes ou en APC.

Post scriptum  : les manuels définitifs viennent d’arriver, tout frais sortis de l’imprimerie. Nous aimons beaucoup le format, très bien adapté à nos jeunes élèves, qui ont pris beaucoup de plaisir à retrouver les textes sur lesquels ils ont travaillé !

3- Cécile et Aurélia (59) enseignent en ZEP et ont également participé à l’expérimentation :

Premier courrier :

"Déjà la fin ! Nous n’avons pas vu passer les semaines. Nous espérons que nos retours ont été utiles.

Pour notre part, nous sommes vraiment convaincues par le manuel et nous poursuivrons l’aventure l’année prochaine. D’une part, la qualité et les thématiques des textes ont été source de motivation pour les élèves. Aussi, le niveau de langage et de syntaxe est, il nous semble, une vraie source d’enrichissement.

Le travail rituel en orthographe les a fait progresser en la matière mais nous avons aussi observé des répercussions "étonnantes" sur leur production d’écrit. Les élèves ont acquis des automatismes (ponctuation, accords, syntaxe...), cela semble alléger leur activité en production d’écrit.

Nous sommes fières d’avoir pu contribuer à l’élaboration d’un manuel aussi qualitatif et exigeant !"

Après réflexion, voilà le bilan qu’elles tirent de cette année :

"Au premier coup d’oeil, la longueur et la complexité des textes nous ont un peu efffrayées, d’autant plus que nos élèves n’avaient pas travaillé sur ce manuel au CP et qu’un quart de la classe était non lecteur. Pourtant, dès l’étude du premier texte, ils ont été captivés par les thématiques qui leur ont donné le goût, l’envie de lire par eux-même.

La finesse du vocabulaire employé a été l’occasion de discussions sur l’origine des mots, leurs pouvoirs et ont permis une ouverture sur le monde.

Les rituels de dictée, d’abord coûteux en temps, ont montré leur efficacité et ont eu une répercussion étonnante sur la qualité de la syntaxe en production d’écrits.

Enfin, la clarté des explications en grammaire a permis à tous (les élèves et leur famille) d’accéder à une compréhension fine de la langue et du sens de son étude.

Ce que l’on retiendra de ce manuel, c’est qu’il a été un allié quotidien pour structurer notre enseignement. Il a participé à éveiller la curiosité des élèves pour la langue et le champ des possibles qu’elle leur ouvre. "

4- Et voilà le message de Guillaume (59), CPC, qui a fait le lien avec Cécile et Aurélia :

Merci pour mes 2 collègues qui ont pu vivre avec force et passion cette collaboration.

Merci pour leurs élèves qui ont ainsi pu découvrir de jolis textes, les comprendre, et s’essayer cent fois à mieux maîtriser les complexités de notre langue. Je les regarde avec émotion, ils sont intéressés, heureux.

Merci pour tous les élèves des enseignants qui feront le choix de l’ambition. Désirer questionner, avoir envie de connaître, s’essayer pour toujours mieux maîtriser, c’est ce que permet la richesse des supports proposés .

Merci, enfin, de m’avoir permis le temps de quelques lectures et discussions avec vous et les collègues, de participer de loin à ce travail.

Parce qu’il est du devoir de l’École d’apprendre aux élèves les malices et les pouvoirs de notre langue, parce qu’il est essentiel d’avoir une réelle ambition dans tous les actes pédagogiques, je vous remercie sincèrement de votre démarche.

5 - Du côté des élèves : une photo et quelques propos postés par Jennifer (11), leur maîtresse, qui a participé à l’expérimentation :

Lola : J’adore il est trop beau ce livre ! Les dessins sont vraiment beaux, les animaux c’est ce que je préfère.

Nolhan : Les textes sont longs c’est cool j’aime lire.

Marcel  : C’est comme les leçons de CP le ien ein !

Gabrielle : Il y a l’école d’autrefois, regarde la photo !

Noélie : On a appris le corbeau et le renard et là il y a l’histoire de la grenouille et du boeuf. Super !

Les enfants ont vraiment apprécié, comme les parents, le format, les illustrations, l’esprit tout-en-un, les textes patrimoniaux, le cahier d’exercices...Les enfants m’ont demandé si dans la classe de CE2 ils trouveraient JLJE CE2 !!!!

6 - Aude (17), expérimentatrice en CP-CE1, avait des élèves faibles lecteurs en début d’année :

Pour ma part, je souhaite continuer l’aventure l’année prochaine. Le point positif est clairement pour moi le choix des textes et la richesse du travail sur le vocabulaire et la compréhension que cela permet. Sur certains points de grammaire, j’ai choisi parfois d’étaler le module sur 2 semaines. Tout n’est pas "clef en mains", à nous d’adapter en fonction des élèves et des difficultés rencontrées parfois. J’ai testé aussi cette année le manuel de CP et mes élèves l’ont adopté ! Je pense que cela sera différent aussi avec des élèves qui auront pratiqué cette méthode en CP.

7 - Laurie (80) en CP-CE1, avait aussi des élèves faibles lecteurs à la rentrée :

La plupart de mes CE1 étaient non lecteurs en début d’année. Ils ont pu réellement bien rentrer dans la méthode à partir de la période 3, d’où notre retard. Ce doit être pour cela que ma différenciation était décalée par rapport à la méthode et que les bonus qui me semblent intéressants n’ont profité à aucun de mes élèves.
L’année prochaine, nos élèves seront globalement tous lecteurs, la méthode devrait mieux fonctionner (nous avons des CP qui lisent mieux que les CE1, je les ai fait travailler avec Je lis, j’écris - CP et ils progressent très très vite).

Oui, j’aimerais continuer avec cette méthode l’an prochain !

8 - L’avis de Dominique (11), conseillère pédagogique :

Un ouvrage en continuité de Je lis, j’écris, destiné au CE1. Des textes variés et illustrés magnifiquement. Révision des graphèmes complexes, mots et dictées ritualisées et "mes écrits" quotidiens. En lien avec les textes, travail construit et fluide autour du vocabulaire et de l’étude de la langue. Un guide pédagogique complet et un cahier d’exercices novateur. Un ouvrage qui parle aux élèves. A recommander sans réserve.

9 - Le plaisir de Sandrine (11), qui a participé au test et vient de recevoir les manuels fraîchement imprimés :

Magnifique ! Le format peu commun, la couverture toute en douceur, ces aquarelles au fil des pages montrent la qualité de la forme. Quant au fond, on se projette clairement sur la semaine avec chacun des modules ritualisés : les textes, de vrais textes très variés, les révisions des graphèmes et les pseudo-mots nécessaires, les dictées en cursive pour chaque jour, en copie, en analyse, en dictée ou autodictée, les articulons dont je vais m’emparer rapidement à la rentrée. La grammaire et le vocabulaire sont présentées différemment, c’est raconté ! Les petits écrits progressifs en lien avec le texte et l’étude de la langue. Tout est là ! Le fond est organisé, structuré. Sur le site, on trouve le guide pédagogique et des annexes pratico-pratiques très appréciables ! Hâte de le mettre dans les mains de mes élèves ! Ce support accompagné du cahier d’exercices se démarquent de tous les manuels actuels.

10 - Marie, PE (11) :

Comme pour le manuel de CP, c’est toujours organisé de la même manière, c’est riche, ambitieux et adaptable à la fois, donc un très bon support, une bonne base de travail.

Le cahier d’exercices propose beaucoup de types d’exercices de réinvestissement, j’aime beaucoup l’idée de l’exercice de l’élève fantôme pour permettre aux élèves de se dire "tiens je vais remettre en question les réponses d’un élève fictif pour me questionner sur les réponses", par rapport à un exercice type QCM où il pourrait juste cocher au hasard finalement, cette présentation permet bien d’être dans le "expliciter les réponses, le cheminement, le apprendre à comprendre, la recherche stratégique étayée" donc moi je suis fan !

Le fait qu’il y ait les exercices avec beaucoup de phrases ou d’items permet d’avoir une base variée, riche pour adapter ensuite : différenciation facilitée !